Ipoh

Entre passé colonial et street art

Le charme du passé 

La ville d’Ipoh est ordonnée selon un plan en damier. De nombreuses constructions de l’époque coloniale sont encore visibles. La gare d’Ipoh associe des éléments mauresques et gothiques. L’architecture du passé a été protégée par le déclin économique de la ville, à la différence de Singapour ou de Kuala Lumpur. Certains quartiers servirent de décor au tournage du film Indochine.Vous pourrez retrouver à Ipoh une architecture héritée de la colonisation britannique. Le centre ville est parsemé de petites échoppes d’avant-guerre, typiques des communautés chinoises. La grande mairie de style néo-classique, ainsi que la gare centrale sont un témoignage de l’histoire coloniale de la Malaisie.


Un musée à ciel ouvert 

La ville d’Ipoh regorge de street art. Le centre-ville est un musée à ciel ouvert. Les murs de la ville sont recouvert d’oeuvre d’art peintes par de nombreux artistes Malaisiens, mais aussi étranger comme le célèbre artiste de rue lituanien Ernest Zacharevic.Une partie du street art de Ipoh est une combinaison d’art 2D et 3D.

 


Ipoh et ses monumentales temples

Le temple Kek Lok Tong Cave est située dans la zone naturelle et pittoresque des grottes de Gunung Rapat au sud d’Ipoh. Le temple grotte est, et a été utilisé dès 1920 comme un lieu de culte. En 1960, la grotte est devenue en partie un site minier de fer, mais le temple subsiste.Le complexe Kek Lok Tong comprend un autel central comportant un certain nombre de figures bouddhistes, ainsi que diverses divinités du panthéon chinois. Du temple vous profiterez d’une vue sur un magnifique jardin exotique disposant de deux lacs et un des plus longs sentiers de réflexologie. Dans un autre style, ne ratez pas le temple de Sam Poh Tong. Il s’agit d’un temple creusé dans la falaise qui possède une architecture colorée inspirée des temples chinois. Le temple dispose d’un bassin à tortue.

 

Follow by Email
Facebook
Instagram